Réformer l’Etat pour sauver le climat

Le Monde du 24 mai publie une tribune de Christian Babusiaux, président du Cercle de la Réforme de l’Etat, et de Cécile Blatrix, professeure en science politique à AgroParisTech et membre du Cercle de la réforme de l’Etat  reprenant les messages essentiels de la note “Gouvernance de l’écologie : alerter et construire”, publiée par le Cercle en avril.

 

Réformer l'Etat pour sauver le climat

Points saillants des réponses des candidats à l’élection présidentielle aux questions posées par Acteurs publics et par le Cercle

« Acteurs publics » et le Cercle de la réforme de l’État ont envoyé à tous les candidats à l’élection présidentielle un ensemble de 19 questions sur l’État et sa réforme. Dix candidats ont répondu.
Le Cercle synthétise ci-dessous les points saillants de ces réponses.

Points saillants des réponses des candidats à l’élection présidentielle aux questions posées par Acteurs publics et par le Cercle

La réforme de l’État face aux impatiences des citoyens et à des enjeux d’ampleur exceptionnelle

« Acteurs publics » et le Cercle de la réforme de l’État ont envoyé à tous les candidats à l’élection présidentielle un ensemble de 19 questions sur l’État et sa réforme. Neuf candidats ont répondu.
A la suite de ces réponses, le Cercle synthétise son analyse globale de la situation de l’Etat et affirme des principes d’action qui lui paraissent essentiels pour la réforme. Ce texte constitue l’article introductif du numéro papier « d’Acteurs publics » de mars/avril qui est diffusé aujourd’hui  et reprend les réponses des candidats.

La réforme de l’Etat face aux impatiences des citoyens et à des enjeux d’ampleur exceptionnelle

Où en est la stratégie numérique publique ?

Après son appel « Pour une stratégie numérique publique » publié dans sa note du 6 mars 2020 et les tribunes qui ont suivi, le Cercle souhaite faire un point de l’évolution et des perspectives de cette stratégie alors qu’approchent la fin de l’année mais aussi l’issue de la législature.

Où en est la stratégie numérique publique ?

Le recours des administrations aux apports d’expertises externes : une pratique contestée, éclairer le débat

L’utilisation par les organisations publiques d’expertises externes n’est pas une nouveauté. Elle est largement ancrée depuis plusieurs dizaines années dans les pratiques managériales. Pourtant, des interrogations et des craintes quant à un usage massif et incontrôlé de ces expertises par l’Etat ont récemment été soulevées notamment par des parlementaires à l’occasion de la gestion de la crise COVID et ont fait l’objet de débats.

Quelles sont les raisons qui sous-tendent ces contestations et font que l’externalisation et le recours à l’apport externe dans le secteur public semblent considérés par certains, plus encore que par le passé, comme un signe de faiblesse, alors qu’ils sont davantage acceptés et banalisés dans d’autres pays européens et font partie intégrante des modes opératoires des grands groupes privés ?

Sont-elles fondées ? Comment favoriser l’acceptabilité par les organisations publiques de telles prestations lorsqu’elles sont utiles et adaptées aux besoins et assumer qu’il ne soit pas envisageable d’être nécessairement « expert sur tout » ? Existe-t-il des bonnes pratiques dans le recours à l’expertise externe et des conditions de succès pour qu’une véritable fertilisation croisée entre apports externe et interne puisse se développer et que les organisations concernées en tirent le meilleur parti et sans donner matière à contestation ?

Le recours des administrations aux apports d’expertises externes : une pratique contestée, éclairer le débat